Que se passe-t-il dans l’organisme lorsque l’on jeûne (d’un point de vue physiologique) ?

Le glucose est indispensable à la vie, puisque, sous l’action de l’insuline, il pénètre dans les cellules, où il va servir à fabriquer de l’énergie pour vivre (ATP).

Lorsque l’on mange, tout le glucose n’est pas utilisé immédiatement : une partie est stockée, essentiellement dans le foie, sous forme de glycogène. Lorsque l’on jeûne, la quantité de glucose circulant diminue, la production d’insuline aussi et, sous cette action, le foie va commencer à libérer ses réserves.

Mais les réserves hépatiques ne sont pas infinies, et ne permettent de couvrir qu’environ 24h de jeûne. Après ces 24h, d’autres mécanismes se mettent en marche: du glucose peut ainsi être fabriqué à partir des protéines (muscles) ou des acides gras (tissu graisseux).

Ainsi, la production de glucose va se poursuivre, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de substrat.Si le jeûne se poursuit trop longtemps, ces phénomènes adaptatifs vont être dépassés, la production d’ATP deviendra insuffisante et les conséquences vont se faire sentir.

La production hépatique de glucose est altérée chez le patient diabétique, la sécrétion d’insuline n’est pas non plus normale, et le patient peut parfois prendre des médicaments qui la stimulent : tout ceci peut entraîner des conséquences beaucoup plus rapidement délétères en cas de jeûne

Posted in Diabète et ramadan.