Education pour les non-diabétiques

24/11 : Sur 100 personnes au Sénégal, 4 à 6 sont diabétiques, 2 à 3 ne le savent pas. Faites vous dépister régulièrement.

Le diabète est en augmentation dans tous les pays et particulièrement en Afrique. Plusieurs causes à cela : une alimentation plus riche, des métiers demandant moins d'effort physique, la voiture au lieu de la marche à pied, la climatisation,...bref il existe de multiples raisons de dépenser moins de calories et de favoriser la prise de poids. La graisse abdominale qui entoure le pancréas est un facteur de risque de diabète et la maladie peut être longtemps silencieuse. Si vous pensez être à risque, faites contrôler votre taux de sucre dans le sang.

25/11 : Il ya deux types de diabètes -le type 1 (le pancréas ne produit pas assez d'insuline-le type 2, plus fréquent (l'insuline n'agit pas bien)

Le pancréas est une glande située dans l'abdomen qui sécrète une hormone vitale l'insuline. Dans l'enfance ou l'adolescence, pour des raisons encore inconnues, le pancréas peut soudain stopper sa fabrication d'insuline. Heureusement, une insuline artificielle existe depuis 90 ans et son injection quotidienne permet aujourd'hui aux diabétiques de type 1 d'avoir une espérance de vie quasi normale. A l'âge adulte, le pancréas vieillissant ne fabrique plus une insuline adaptée aux repas habituels. C'est le diabète de type 2. L'injection d'insuline n'est pas obligatoire mais adapter son alimentation est indispensable.

26/11 : Le diabète de type 2 peut être prévenu car tout le monde n'a pas le même risque. Il faut connaitre le diabète pour l'éviter

Notre santé est influencée par les gênes, transmis par nos parents, et par notre mode de vie. En 1860 déjà un médecin célèbre Apollinaire Bouchardat écrivait que « la bonne santé est un problème qui se résout tous les jours dans la cuisine si l'on ne veut pas qu'il se résolve fatalement dans la pharmacie ». Pour éviter le diabète de type 2, il est conseillé à tout âge, de limiter les apports en sucre et en graisse. Surveiller son poids est le meilleur moyen de savoir si l'on ne mange pas plus que nécessaire pour son activité quotidienne.

27/11 : Le diabete est un exces de sucre dans le sang (hyperglycémie) car le pancréas ne produit pas assez d'insuline pour assimiler le sucre consommé.

Il y a « sucre et sucres » : le sucre que l'on connaît (sucre en morceaux, sucre en poudre, soda, confiture, miel,...) et les sucres cachés (pain, riz, pates, mil, manioc, pommes de terre, banane, dattes,...). Quand on additionne tous les sucres d'un repas, c'est parfois si élevé, la digestion apporte tant de sucre dans le sang (hyperglycémie) que le pancréas n'a pas assez d'insuline pour permettre d'assimiler ce sucre. La solution est simple : manger moins de sucre en un seul repas.

28/11 : Dans certains cas (obésité ou excès de graisse dans l'abdomen c'est-à-dire tour de taille supérieur à 94cm) l'insuline n'agit pas bien.

Pour être en forme notre taux de sucre dans le sang (glycémie) doit être stable, ni trop bas (hypoglycémie) ni trop haut (hyperglycémie). Quand, pendant la digestion, les sucres du repas passent dans le sang et provoquent une hyperglycémie, le pancreas répond. Le passage de l'insuline du pancreas vers le sang peut être ralenti si le pancreas est entouré de graisse. En consequence la glycémie reste élevée et ce sucre en excès peut être à l'origine de complications.

29/11 : Je préviendrai plus facilement le diabéte de type 2 si je connais ses facteurs de risque. Le changement de comportement c'est maintenant.

Pour faire baisser la glycémie après le repas il y a 2 moyens : la sécrétion d'insuline par le pancréas (automatique, indépendante de notre volonté) et l'activité musculaire (volontaire). Le principal risque de diabète est d'avoir trop souvent trop de sucre dans le sang (hyperglycémie) et d'ainsi fatiguer son pancréas. Le changement c'est maintenant : je limite les portions d'aliments riches en sucre et je fais travailler mes muscles pour aider mon corps à controller ma glycémie. Obésité et sédentarité sont mes ennemis.

08/12 : Votre père (votre mère, votre frère ou soeur) est diabétique; Vous avez trop de poids; votre tour de taille est supérieur à 94 cm. Vous avez alors plus de risque de diabète.

Le diabète n'est pas héréditaire mais on ressemble plus ou moins à ses parents : ressemblance à l'extérieur (couleur des yeux, forme du nez,..) et à l'intérieur (fragilité du pancréas, du coeur,... si un parent a du diabète ou de l'hypertension). On sait aussi que plus il y a de graisse autour du pancréas plus cette glande va se fatiguer et plus le risque de diabète augmente. La surveillance est simple, un cm pour mesurer le tour de taille et une glycémie annuelle si on pense être à risque.

09/12 : Vous avez plus de 40 ans. Vous avez de l'hypertension; vous avez un excès de cholestérol dans le sang; Vous avez alors plus de risque de diabète.

Dans notre corps comme dans toute machine, quand une pièce est défaillante il faut surveiller l'ensemble. Si le système de régulation de la tension artérielle ne sait plus la faire baisser, si celui qui contrôle le cholestérol est aussi défectueux, soyez attentif et vérifiez périodiquement votre système de régulation du sucre. Un dosage de la glycémie une fois par est recommandé.

10/12 : Vous mangez trop gras, vous buvez trop sucré, vous bougez peu; Attention! vous augmentez votre risque de diabète.

Une conduite sportive avec des accélérations intenses, des freinages brutaux, usent plus vite les moteurs qu'une conduite régulière. Un mode de vie avec des excès de graisses et de sucres soumettent votre pancréas à une « conduite sportive ». Vous risquez la « panne » et que le diabète s'installe. Réagissez, le changement c'est maintenant.

11/12 : Vous avez déjà accouché d'un enfant de plus de 4 Kg ou avez fait plusieurs avortements, vous êtes à risque de diabète.

Pendant la grossesse le corps change. Le sang de la mère sert à nourrir le bébé en formation. Si ce sang est trop riche en sucre, le ftus est trop nourri de sucre et ce n'est pas bon pour lui. A terme, c'est un gros bébé (plus de 4 kg) et un accouchement difficile. Souvent la grossesse ne vient pas à terme, il y a avortement spontané. Si c'est votre cas, faites contrôler votre glycémie et surveillez votre alimentation.

12/12 : Vous êtes concerné par le risque de diabète? Contrôlez votre taux de sucre dans le sang (glycémie) au moins une fois par an.

Vous savez maintenant que certaines personnes sont plus exposées au diabète, soit par leur hérédité soit par leur mode de vie. Si c'est votre cas, surveillez une fois par an votre glycémie car un diabète débutant est facile à contrôler et ainsi vos organes vitaux seront protégés. Un conseil : dès maintenant surveillez les sucres et graisses de votre alimentation, faire bouger vos muscles, et vous serez plus fort que la maladie, vous repousserez le diabète.

13/12 : Vous êtes concerné par le risque de diabète et votre taux de sucre (glycémie) est normal. Pour éviter le diabète, rester en bonne santé et en forme, le changement c'est maintenant !

Vous êtes à risque de diabète, alors vos enfants aussi. En prenant soin de vous, vous les protégez. Donnez à toute la famille de bonnes habitudes, une nourriture équilibrée, pas trop de sucres ni de graisses, plus de légumes et fruits, une consommation limitée de sodas, et moins de temps passé dans un fauteuil devant la télévision. Le changement c'est maintenant pour préserver son capital santé.

22/12 : Si vous urinez trop souvent; si vous perdez du poids, alors que votre appétit est normal (=symptômes de diabète); Contrôlez votre glycémie sans attendre !

Le diabète peut être sournois car il ne donne ni fièvre ni douleur ni éruption. Tout se passe à l'intérieur : vous avez bon appétit mais, après la digestion, le sucre qui vient de la nourriture reste dans le sang au lieu d'apporter cette nourriture aux muscles. Avec le diabète on est fatigué, on maigrit. Le sang trop sucré donne soif et fait uriner beaucoup. Si c'est votre cas, faites contrôler votre glycémie sans attendre.

23/12 : Votre glycémie à jeun est égale ou supérieure à 1,26 g/L à 2 dosages successifs: même en l'absence de symptômes, vous êtes diabétique. Consultez sans attendre!

Après les repas les aliments sont digérés et passent dans le sang sous forme de sucre. Le taux de sucre dans le sang, la glycémie, monte, puis redescend à la normale en quelques heures. Chez une personne non diabétique, quelque soit l'importance du repas du soir, la glycémie au réveil est inférieure à 1,26 g /l. Si vos résultats de glycémie du matin à jeun sont plus élevés, consultez votre médecin sans attendre. Un diabète dépisté tôt se soigne bien.

24/12 : Vous avez les symptômes de diabète avec une glycémie supérieure à 2gr/L à n'importe quel moment de la journée: vous êtes diabétique. Consultez sans attendre!

Chez une personne non diabétique, après les repas la glycémie monte sans dépasser 2 g /l puis redescend. Le diabète non traité empêche la glycémie de redescendre à la normale entre les repas. Le sucre s'accumule dans le sang. Les résultats des glycémies dépassent les 2 g/l. Si c'est votre cas, ne perdez pas de temps, consultez votre médecin. Un diabète dépisté tôt se soigne bien.

25/12 : Si vous avez des facteurs de risque et que votre glycémie à jeun est inférieure à 1,10 g/L, vous n'êtes pas encore diabétique; mais vous devez faire attention.

Bonne nouvelle : votre pancréas réagit bien. Même si vous avez fait un copieux repas le soir qui a fait beaucoup monter votre glycémie, au réveil plus rien n'y paraît, votre glycémie est redescendue à une valeur normale. Pour faire durer ce bien-être, ménagez votre pancréas, surtout s'il y a des diabétiques dans votre famille. Mangez sainement et contrôlez une fois par an votre glycémie. Un diabète dépisté tôt se soigne bien.

26/12 : Si votre glycémie à jeun est entre 1,10 g/L et 1,25 g/L: elle est anormale, mais vous n'êtes pas diabétique. Vous devez quand même absolument faire de la prévention.

Signes d'alerte : votre pancréas donne des signes de fatigue mais pas encore de diabète. Réagissez !! Votre repas du soir a fait monter votre glycémie. Malgré toute une nuit, votre pancréas n'a pas pu faire complètement redescendre la glycémie à la normale. Votre sang reste trop sucré au réveil et ce sera pire dans la journée. Il est urgent de manger différemment et de prendre l'avis de votre médecin pour que le diabète ne vous rattrape pas.

27/12 : Si vous n'êtes pas diabétique, mais avez des facteurs de risque, vous devez faire de la prévention: le changement c'est maintenant !

Bonne nouvelle : votre pancréas réagit bien. Vos glycémies sont normales. Pour faire durer ce bien-être, surtout s'il y a des diabétiques dans votre famille, ménagez votre pancréas. Apprenez à connaître les différents groupes d'aliments, ceux qui donnent beaucoup de sucre pendant la digestion (qui pour vous sont dangereux) et ceux qui en donnent peu, (qui pour vous sont conseillés). Mangez sainement et contrôlez une fois par an votre glycémie. Un diabète dépisté tôt se soigne bien.

05/01 : Aujourd'hui, je contrôle ma glycémie (moi-même ou à la pharmacie), je note le résultat et la date et j'en parle avec mon médecin à ma prochaine visite.

La glycémie indique le taux de sucre dans le sang. On la mesure en gramme par litre de sang. Elle est autour de 1 g/l à jeun. Elle varie en fonction des repas de la journée et de l'exercice physique. Quand vous contrôlez votre glycémie, à jeun ou pas, notez le résultat, l'heure du test et l'heure du repas précédent ainsi que votre activité avant le test. Ainsi le professionnel de santé aura tous les éléments pour bien interpréter votre glycémie et vos conseiller.

06/01 : Aujourd'hui, je me pèse, je mesure mon tour de taille et ma tension, je note ces chiffres et j'en parle avec mon médecin à ma prochaine visite.

On pèse régulièrement les enfants, mais à l'âge adulte on oublie souvent de surveiller sa courbe de poids et les kilos peuvent s'installer insidieusement. Le surpoids, en particulier l'augmentation du tour de taille sont des signes d'alerte à ne pas négliger, car la graisse abdominale qui s'accumule autour du foie et du pancréas a des conséquences néfastes. Le surpoids fatigue aussi le coeur et surveiller la tension artérielle est nécessaire.

07/01 : Mon poids, ma tension et ma glycémie sont normaux, mais j'ai plus de 40 ans et d'une famille de diabétiques : Je demande conseil pour mon alimentation.

Votre bilan est normal, c'est une bonne nouvelle, mais il faut néanmoins faire attention car dans votre famille certains ont un pancréas fragile et vous en avez peut-être hérité. Dans le doute, pour éviter de devenir diabétique, ne surmenez pas votre pancréas par des repas trop riches en sucre. Attention aux aliments riches en sucre qui n'ont pas le goût sucré et paraissent inoffensifs : une portion de 150 gr de riz équivaut à 36 morceaux de sucre !

08/01 : Mon défi du jour : pour ma santé, je fais tous les jours 30 mn de marche ou d'un exercice physique qui me plaît. J'en discute avec mon médecin.

Un muscle qui travaille consomme de l'énergie, c'est-à-dire du sucre. De plus un muscle qui travaille entretient son élasticité, élimine les toxines accumulées qui peuvent être sources de douleurs. Pour prendre soin de votre corps, éviter le diabète, les rhumatismes et le surpoids, faites travailler vos muscles environ 30 mn par jour régulièrement : marche, jardinage, danse, foot,...variez les plaisirs, trouvez des amis pour partager ces moments de détente.

09/01 : Mon défi du jour: j'ai trop de poids, désormais je diminue mes portions de nourriture, j'évite les repas copieux, les aliments frits et les boissons sucrées.

Un excès de poids n'est pas un gage de bonne santé car il fatigue vos différents organes. Alors, n'accumulez pas les risques en mangeant trop gras (le cholestérol bouche les artères), trop salé (le sel donne de l'hypertension), trop sucré (risque de diabète). Equilibrez vos repas en associant un peu de chaque groupe d'aliments, féculents, légumes, fruits, laitage, protéines. Demandez conseil à l'équipe médicale lors d'une prochaine visite.

10/01 : Une alimentation équilibrée, une activité physique régulière maintiennent mon poids, mes muscles et mon coeur en bonne santé. Je veux vivre sainement.

En grande partie notre santé dépend de nous et de gestes simples : se laver les mains toujours avant de manger, remplir raisonnablement son assiette, varier la nourriture, ne pas abuser du sucre, du gras, du sel et ne pas laisser les muscles accumuler de la graisse faute d'exercice. Tout cela est possible et accessible à tous. De plus c'est important de transmettre ces bonnes habitudes à toute la famille, en particulier aux enfants. Vous commencez aujourd'hui, bravo.

02/02 : Le défi de la semaine : je partage les informations sur le diabète avec mes parents et amis. Pour eux aussi, le changement c'est maintenant.

03/02 : Le défi du jour: je persuade ma famille d'éviter les aliments frits, les boissons sucrées et les portions trop importantes de nourriture.

04/02 : A la cantine de notre entreprise, je parle de la prévention du diabète et de l'équilibre alimentaire avec mes collègues; J'implique notre cuisinier.

05/02 : Le défi du jour: je persuade un parent ou un ami de venir marcher pendant 30 mn avec moi. J'organise ma semaine pour faire 30 mn d'exercice chaque jour.

06/02 : Le défi en famille : je surveille le sucre consommé par les enfants pour leur donner l'habitude d'une vie saine.

07/02 : Le changement n'est jamais facile, mais avoir envie de vivre sainement est la première étape. Vous êtes sur la bonne voie.

08/02 : Retrouvez tous les messages du module de base et des informations complémentaires sur www.mdiabete.gouv.sn

09/02 : Vous pourrez approfondir vos connaissances en recevant en mars des sms sur la nutrition, si vous pensez que les SMS sont utiles.

En savoir plus : www.mdiabete.gouv.sn
ou appelez le n° vert 800 00 50 50